Carnage

Les « démembreurs » ont encore frappé

 

L'histoire atroce de Pago, le poney qui avait été égorgé et démembré dans son pré, à La Moutade, dans le Puy-de-Dôme, avait soulevé l'indignation et le dégoût parmi ceux qui avaient eu connaissance de cette information, que La Griffe avait relayée sur ce même blog (voir l’article « l’horreur dans le pré » en date du 27 mai 2011).Mais une autre affaire, tout aussi sordide, est survenue récemment, dans le même secteur géographique.

 

Chouchou le bélier vivait depuis sept ans dans un pré entre Riom et Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme) avec son copain Fonzy, un cheval hongre âgé de 18 ans. Ils étaient inséparables. Or, le 21 juin au matin, le bélier a été trouvé dans un bain de sang.14-07-2011_carnage-Chouchou.JPG                                        Chouchou le bélier et Fonzy le cheval partageaient

                                                       leur herbe depuis sept ans.

 

                  

Pendant la nuit, des inconnus s’étaient introduits dans le pré et avaient massacré Chouchou à coups de pierre. De gros cailloux jonchaient encore le sol. On lui avait coupé les membres postérieurs. On lui voyait un énorme trou dans la tête. Le cheval également était blessé : « Ils ont dû le caillasser aussi parce qu’il voulait protéger Chouchou. Il y avait du sang partout, jusqu’en haut du portail. Ils devaient être trois ou quatre, car Chouchou était très fort et ne se laissait pas manipuler facilement. C’est de la barbarie. On ne les retrouvera pas, ils pourront continuer tranquillement leurs massacres. Je pense qu’il n’était pas mort quand ils l’ont découpé, ça me fait mal d’y penser », déclarait Amandine, la propriétaire des deux animaux, très choquée. Des photos ont été prises. La gendarmerie de Riom a été prévenue, mais les gendarmes n’ont pas daigné se déplacer. . Après tout, il ne s'agit que d'un mouton, et le destin d'un mouton, c'est l'abattoir, non ?

Une plainte a toutefois été déposée par les propriétaires.

 

Il ne fait pas bon appartenir à une espèce « consommable ». Mais pour La Griffe, qui a déposé, elle aussi, une plainte auprès du Procureur de la République pour « sévices et actes de cruauté sur un animal domestique », tous les animaux sont égaux devant la violence des hommes? Comme Pago, Chouchou est une victime collatérale du carnivorisme. C'est cette pratique alimentaire qui justifie tous nos meurtres et qui leur garantit l'impunité.

Tant qu’il y aura des abattoirs…

 

                                                                                                                                          Jeph Barn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *