11 Nov 2014

Hommage « aux animaux victimes des guerres des hommes »

5 Commentaires

Deux jours plus tôt, une chaîne de la TV nationale diffusait Cheval de guerre , le film de Steven Spielberg sorti en 2011 et adapté du roman War Horse de Michael Morpurgo. Cela tombait plutôt bien, parce qu’à La Griffe, nous avions décidé de tenter une action le 11 novembre, pour rendre justice à tous ces animaux que l’on pourrait sans doute compter par centaines de millions, sinon davantage, qui, de près ou de loin, depuis la nuit des temps, ont été mêlés malgré eux aux guerres des hommes et, dans l’immense majorité des cas, en ont été les victimes.

Le contexte était propice. Le centenaire du début de la Grande Guerre était là pour nous rappeler que les hommes n’avaient pas été les seuls à souffrir. De plus, un regard nouveau, grâce à des historiens comme Eric Baratay, se posait sur ces oubliés, ces « bêtes des tranchées » qui ont fait bien plus que leur office. Pour cette seule et horrible guerre, le chiffre de 14 millions d’animaux, dont 11 millions d’équidés, 100.000 chiens, 200.000 pigeons a été avancé… D’autres, animaux sauvages, animaux domestiques, animaux de ferme, ont, à des titres divers, partagé le quotidien des combattants de tous bords (il faut lire aussi le document publié par les éditions de l’Ane bleu, L’Ane de Gloire, de Raymond Boissy).

L’histoire, depuis qu’elle existe, nous offre maints témoignages de ces batailles sanglantes où les chevaux surtout étaient en première ligne. Mais avant l’histoire, il n’y a aucune raison de penser que les animaux n’étaient pas utilisés de la même manière. On en retrouve les traces jusqu’à 2.000 ans avant J.-C. Aujourd’hui encore, les armées de quasiment tous les Etats, qu’ils soient en guerre ou non, se servent des animaux pour différentes missions. Si le transport du matériel et des armes désormais ne leur est plus confié, ils continuent à remplir leur rôle de chair à canon en étant mis à contribution pour des actions de déminage où en général ils laissent la vie (dauphins, chiens), ils peuvent aussi être utilisés comme armes létales lorsqu’on attache sur eux des bombes (chiens et chats), etc.

En temps de paix, ils sont utilisés pour des expériences : chiens, cochons, primates… Et sans doute bien d’autres espèces. Mais tout ceci participe du secret défense.

DSC07433

La petite troupe de La Griffe, à la fin de la cérémonie, pose pour la postérité, derrière la gerbe…

Il s’agissait de rendre justice à tous ces animaux que nous prenons le plus grand soin à occulter, comme s’ils n’avaient jamais existé, comme si, en prenant leurs vies, c’était aussi leurs existences que l’on réduisait à néant. Nous avons donc pensé qu’il était légitime que nous participions, au nom de tous ces anonymes, aux cérémonies du 11 novembre 1914. A Clermont-Ferrand, une prise d’armes devait avoir lieu sur la place principale de la ville, la place de Jaude, à partir de 9 heures. Les dépôts de gerbe officiels, en revanche, étaient programmés pour 11 h 45, devant le monument aux morts dédié aux poilus de la Grande Guerre, place Salford. La Griffe ne pouvait-elle pas, elle aussi, apporter sa contribution aux cérémonies du souvenir avec une gerbe en mémoire des « animaux victimes des guerres des hommes » ? Nous tenions beaucoup à mettre « guerres » au pluriel, pour toutes les raisons que nous avons énoncées plus haut. Mais cela n’a sans doute pas convenu au fleuriste qui a préféré le singulier, de sorte que sur le ruban de notre gerbe rouge et blanche (rouge comme le sang des bêtes et blanche comme leur innocence) s’inscrivait en lettres d’or « Aux animaux victimes de LA GUERRE (c’est nous qui soulignons) des hommes ». Qu’importait. Nous n’allions pas lui en tenir rigueur.

Nous avions préalablement écrit à la mairie de Clermont-Ferrand et à la préfecture pour leur signifier notre intention de participer à la cérémonie. Cependant, nous avions jugé bon de préciser que notre intervention aurait lieu une fois que les cérémonies officielles seraient terminées. En attendant, nous avions rangé sagement notre gerbe au pied d’un panneau de la ville. Elle faisait un peu bande à part, alors que toutes les autres étaient regroupées en attendant de trouver leur place devant le monument. Et, du fait, elle a attiré l’attention de plusieurs personnes, certaines trouvant même l’initiative heureuse. Nous avons tout de même eu la visite d’émissaires de la préfecture, puis de la mairie, que nous avons dû rassurer sur nos intentions, et qui ont été, une fois tout cela bien précisé, d’une courtoisie et d’une amabilité exemplaires.

Lorsque ce fut notre tour d’avancer, nous l’avons fait sans tambours ni trompettes (les fanfares et autres chorales avaient levé le camp), en nous frayant un passage parmi tous ceux qui regagnaient leurs pénates. Nous étions une quinzaine, avec Eros et Crunch, deux adorables toutous qui ont tenu leur rôle avec beaucoup de patience et de dignité.

Les temps changent : un tel événement aurait-il été possible il y a seulement dix ans ? Sûrement pas. il aurait fait scandale et aurait été considéré comme une injure aux « morts pour la patrie ». Or, non seulement nous n’avons rencontré aucune hostilité, mais encore plusieurs personnes se sont-elles montrées intéressées par cette démarche. C’est qu’aujourd’hui, les cérémonies militaires ne sont plus ce qu’elles étaient. Finis les envolées martiales et le patriotisme cocardier. Finis les embrigadements, les fleurs au fusil et le ton revanchard. Les commémorations désormais ont la fibre compassionnelle. Et c’est tant mieux. Elles insistent sur la nécessité de la paix, et non sur l’inéluctabilité de la guerre. Ce sont les victimes les plus grands héros. Les victimes de tous bords. L’Histoire, la grande, est passée par là. Elle a emporté sur son passage les griefs, les vindictes, les rancunes. Aujourd’hui l’on sait que, citoyens du monde, nous partageons tous la souffrance et la mort.

Et c’est parce que les bêtes partagent aussi la souffrance et la mort avec nous qu’il convient de le rappeler et de leur rendre ce symbolique hommage. Puisse-t-il modestement contribuer à ce que tous les animaux soient désormais associés à notre mémoire, à notre émotion et à notre compassion.

Josée Barnérias

[haut]
A propos de l'auteur


5 Responses to Hommage « aux animaux victimes des guerres des hommes »
  1. Chère Josée
    Bravo et merci pour cette idée originale et nouvelle, qui sera reprise je l’espère par toutes les autres communes de France. Le bouche à oreille peut aller très vite.
    Je transmets ce message sans réserve.
    Amitiés

  2. BRAVO et MERCI à la présidente de La Griffe pour cette initiative unique dans le monde de la protection animale ! Cette association est encore de petite taille mais ses démarches sont d’une grandeur exemplaire.
    Cet hommage (mérité) dédié aux animaux, qui ont été et sont encore les compagnons involontaires et sacrifiés des combattants, tous ensemble victimes de la folie de certains humains, est une preuve de la prise de conscience collective de la place des animaux dans notre société. Chaque action accomplie pour dénoncer toutes les violences faites sur les animaux est un pas pour le respect qui leur est dû et c’est aussi un signe d’humanité des populations.

  3. Merci pour votre action, il serait en effet temps qu’on pense un peu aux premières victimes de nos guerres, celles qui sont totalement innocentes et qui sont malgré tout aux premières lignes pour satisfaire nos envies de guerre.

  4. […] 11 novembre 2014, un groupe de La Griffe était allé déposer une gerbe au pied du monument aux morts, à Clermont-Ferrand, en hommage aux « animaux victimes des guerres des […]


[haut]

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *