La Griffe & Cie

Stérilisation des chats

En dix ans, La Griffe a fait stériliser environ 800 chats, de nombreux sauvageons, mais aussi des chats ou des chatons abandonnés sur la voie publique et adoptés par la suite. Cela a été possible grâce au courage, au savoir-faire et à la persévérance d’une petite poignée de bénévoles. Nous continuons à intervenir si l’on nous sollicite, à certaines conditions cependant.

Signalements de maltraitance

Nous recevons assez fréquemment des signalements de maltraitance. Quelquefois, les craintes de nos interlocuteurs, vérification faite, ne sont pas vraiment fondées. Lorsqu’elles le sont, il est difficile d’agir si nous ne pouvons constater, en présence de représentants des forces de l’ordre, le délit. Ensuite, le retrait d’office des animaux doit être décidé par le procureur de la République qui peut mettre des semaines, voire des mois, avant de se décider. Autant dire que pour qu’une maltraitance soit avérée, il faut qu’elle atteigne le stade des sévices ou de la cruauté.

Ce que nous remarquons tous les jours c’est que le mot « maltraitance » ne revêt pas forcément la même signification selon qu’il est employé par les uns ou par les autres. De toute façon, la loi elle-même est maltraitante dans la mesure où elle tolère ce qui ne devrait pas être toléré (voir par exemple l’arrêté du 25 octobre 1982 du Code rural et de la pêche maritime Chapitre II – animaux de compagnie et assimilés).

Brigitte Piquetpellorce, alors Directrice de la cellule anti-trafic de la spa, est venue à Clermont Ferrand parler des élevages de la honte (mars 2013).

Assistance aux chiens des sans-abri

Nous avons été sollicités pour la première fois en 2018 par un éducateur du Collectif pauvreté-précarité : un jeune homme sans ressources voulait faire soigner son chien, Goliath, au sujet duquel il était très inquiet. Depuis lors, nous n’avons cessé de venir en aide à des chiens appartenant à des personnes dans le plus total dénuement. Soins vétérinaires, stérilisations, identifications, nourriture, nous ne refusons jamais d’aider si nous sommes en mesure de le faire.

Fourrières

Une fourrière animale est une structure dont le rôle est d’accueillir les animaux supposés en errance. Chaque commune, en France, est tenue de posséder un service fourrière. Celui-ci peut être confié à un prestataire de service (entreprise privée, association) ou assumé par la commune ou l’intercommunalité. 

Les fourrières doivent obéir à une législation stricte. Cependant, leur fonctionnement est passablement opaque. C’est pourquoi La Griffe émet certaines revendications à leur endroit.

Texte et dessin déjà en ligne.

Au sujet des fourrières, voir aussi le blog de La Griffe.

Bonjour,
Je suis vidéaste indépendant dans le Doubs, et j’ai réalisé fin juin un film de 5mn au refuge L’arche de Noé de Belfort
dans le but de sensibiliser le public contre les abandons d’animaux domestiques durant les vacances estivales.
Le film a reçu une couverture inattendue de la part de la presse locale. Je me permets alors de vous partager ce film. Si vous trouvez le clip intéressant,
n’hésitez pas à le faire savoir au sein de votre communauté. En voici le lien :
https://youtu.be/vwTMpT9XjgY
Lien vers les articles presse :
https://lnkd.in/ehBfMy3 (L’Est Républicain)
https://lnkd.in/e2x5ZcH (France Bleu)
Je me tiens à votre disposition si vous avez des questions à ce sujet 🙂
Bien à vous,
Julien Leroy pour Room 65 Films

Marché des animaux de compagnie

S’il est un domaine dans lequel nous pensons qu’il faudrait rapidement intervenir, c’est celui du marché des animaux de compagnie. En effet, cela passe par une exploitation que sont loin d’imaginer les éventuels « clients » ou dont ils préfèrent ne rien savoir. Qu’il s’agisse des chiens, des chats, ou de tout autre animal étiqueté comme « NAC », mammifères, poissons, reptiles, oiseaux, leur production quasi industrielle laisse rêveur : ils sont considérés par les éleveurs comme de vulgaires objets. Les élevages dits « familiaux » ne représentent qu’une infime partie du total, et ils ne sont pas forcément très vertueux.

A l’heure actuelle, les animaux ne valent pas tripette : on les trouve absolument partout, sur des sites de vente en ligne, chez des « éleveurs » d’occasion (il suffit d’avoir un numéro Siret), et bien sûr dans les animaleries. Les pratiques du commerce étant ce qu’elles sont, bien peu de précautions sont prises quant au choix des acheteurs.

La Griffe demande que toute vente d’animal soit soumise à des réglementations drastiques (par exemple que seules des associations à but non lucratif aient le droit d’élever des animaux, du fait ils ne seraient pas vendus, mais adoptés sous contrat). Ces mesures devraient s’accompagner d’un très strict contrôle des naissances et de l’interdiction pour les particuliers de laisser leur animal se reproduire.

En ce qui concerne la vente dans les animaleries, lire le blog de La Griffe.

Usine à chiots en Tchéquie