Les oubliés du camp de Bayssan

La petite association des Chats libres de Béziers ne s’attendait pas, lorsqu’elle s’est rendue sur le site d’un camp de roms qui avait été évacué début août, à y trouver autant de monde…

« On a vu des chats sortir de partout et de nulle part tels des zombies affamés », témoigne Nathalie Chartrain, fondatrice et présidente de l’association.LG Blog Chats libres Béziers 4

Les roms étaient installés sur le site du domaine de Bayssan, à Béziers, depuis 2009. Cet été, la municipalité a décidé de le vider de ses occupants. Ne restaient en principe que des gravats. Pourtant, un promeneur passant à proximité a remarqué qu’il perdurait de la vie, parmi les monceaux de détritus oubliés sur place. Il a alerté l’association. Les bénévoles qui se sont rendus immédiatement sur les lieux ont pu y dénombrer environ 150 chats, dont de nombreux chatons, mais aussi deux chiens, maigres mais en apparente bonne santé, deux paons et une poule… Plusieurs cadavres de chatons jonchaient le sol.

 

Tractopelles

La réaction ne s’est pas fait attendre : un appel d’aide en urgence a été lancé aux associations de PA locales, mais aussi nationales, aux fondations, au Conseil général, à la mairie de Béziers, aux vétérinaires, et aux médias, le Midi Libre et Charlie Hebdo en l’occurrence, qui ont relayé efficacement le message. L’association, devant cette soudaine affluence de laissés-pour-compte, a grand besoin d’eau, de nourriture, de médicaments et de dons pour pouvoir effectuer au plus vite les nombreuses stérilisations qui s’imposent. LG Blog Chats libres Béziers

« Nous ne comprenons pas pourquoi les services sociaux, de même que les forces de l’ordre, n’ont pas alerté les associations de protection animale environnantes ». Nathalie Chartrain est en colère, et pour cause. C’est que les animaux, que ce soit pour les services sociaux ou d’autres, n’existent tout simplement pas. Ils font pour ainsi dire partie du décor, mais n’ont ni faim, ni soif, ni rien qui pourraient les apparenter à des créatures vivantes, intelligentes et sensibles. C’est vrai pour l’administration, mais aussi, hélas, pour un certain nombre d’individus.

Et voilà comment l’on se retrouve face à des situations quasi ingérables…

En quelques jours de capture intensive, les bénévoles des Chats libres de Béziers ont réussi à attrapper une cinquantaine de chats et de chatons. Un appel a été lancé à d’éventuelles familles d'accueil.

Entre-temps un incendie dont on soupçonne fortement qu’il est la conséquence d’un acte de malveillance a fait quelques victimes supplémentaires : « On a sauvé des flammes un chaton de trois semaines », précise l’association.

Et puis les tractopelles ont terminé le boulot  : « Nous n’osons même pas imaginer combien de chatons sont morts avec leur passage. » Pour fournir un abri aux pauvres bêtes restées sur les lieux, les bénévoles avaient construit des abris de fortune. Il n’en est plus rien resté.LG Blog Chats libres Béziers 3

La mobilisation s’est organisée autour de l’association des Chats libres de Béziers.

N’importe quelle association, dans n’importe quel lieu, peut se trouver ou se trouve déjà confrontée à un tel casse-tête. On s’efforce de gérer, tant bien que mal, la misère au jour le jour, mais lorsqu’il vous tombe d’un seul coup une armada d’animaux sans feu ni lieu que vous vous sentez contraint de sauver pour rester fidèle à votre éthique et à la promesse que vous vous êtes fait à vous-même, les problèmes prennent tout à coup une dimension incommensurable.

Là, ce n’est plus un combat, ça devient une guerre…

 

 Les Chats libres de Béziers

15 rue du Général-Margueritte

34500 Béziers

Tél. 06 70 28 64 40

                                                                                                      Joss Barn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *