Conférence-débat « Animaux de compagnie: les élevages de la honte » avec Brigitte Piquetpellorce, novembre 2013, à Clermont-Fd

Le vendredi 29 novembre, nous avons eu l’immense plaisir de recevoir Brigitte Piquetpellorce, qui est depuis vingt ans directrice de la cellule anti-trafic de la SPA. Elle était accompagnée de deux membres de son équipe (constituée de six personnes), Caroline et Patrice. Plus d’une soixantaine de personnes étaient venues assister à cette rencontre que nous avions qualifiée de « conférence-débat » mais qui s’est déroulée de manière assez informelle, à partir des questions des uns et des réponses de Brigitte et ses co-équipiers. Elle a très largement dénoncé les élevages de chiens, dont elle estime qu’à l’heure actuelle, en France, il n’y a qu’une très faible partie qui sont fiables (entre 10 et 20%). Quant aux autres, il ne s’agit que d’usines à chiens dans lesquelles les conditions de détention des animaux, réduits à leur strict rôle de reproducteurs, sont sordides, et où le maître mot est « profit ». La cupidité, la brutalité règnent en effet en maître dans ce genre de lieu abject. Ce que l’on en voit, c’est la vitrine, les petites boules de poils craquantes, dans les salons du chiot et autres animaleries… Il ne faut pas se laisser abuser par les discours lénifiants des « éleveurs », mais les prendre pour ce qu’ils sont : des esclavagistes. Il a aussi été question de la condition animale en général, et des combats qu’il est nécessaire de mener avec opiniâtreté et rigueur. Brigitte sait ce que tout cela veut dire. Chez elle, la professionnelle hors pair se double d’une militante déterminée et toujours aussi sensible, au fil des années, à la souffrance animale.

1509703_633903346662632_1743455426_n